FICHE  BIEN-ETRE

AUTO-THERAPIE  N°12

 

 

 

                    pour une utilisation appropriée de ce qui suit

                                                                                                  © Baudouin Labrique

                                                                    

                                                              Pour consulter d'autres fiches de ce type,

                                                                            cliquez sur fiches auto-thérapeutiques

 

AVERTISSEMENT IMPORTANT :

nous n'adhérons en aucun cas à la Biologie-Totale

que nous refusons vu les dérives qu'elle génère

par manque criant de précaution, d'éthique et de déontologie appliquées.

(Voir notre avis).

Tout autant, nous ne cautionnons en aucune manière les comportements intégristes et outranciers du Dr Hamer.

Deux chapitres du livre écrit par Baudouin Labrique,

"Quand les thérapeutes dérapent" y sont consacrés.

 

 

 

L'outil suivant fait partie d'outils auto-psychothérapeutiques et autres qui concernent les approches comportementales, analytiques et/ ou systémiques ; elles constituent de puissants outils de libération ; dans le processus de guérison, elles s'intègrent à tous les niveaux : dans une première phase de nature analytique et systémique comme dans une seconde phase, au travers de l'action qu'elle mettent en oeuvre pour permettre  aux charges énergétiques et/ou émotionnelles refoulées de s'exprimer enfin ; c'est ainsi que les traces ou blessures énergétiques et/ou émotionnelles pourront enfin se cicatriser.. Ces approches sont bien sûr intégrées dans le cadre des séances que nous vous proposons ; elles peuvent aussi faire l'objet d'un travail spécifique en psychothérapie intensive ou étalé dans le temps.  Lire aussi le nota bene.

 

Les résistances à la guérison

 

" Tout ce que nous faisons, nous le faisons avec une idée derrière la tête." Aristote.

Dans ce cas, comme pour bien d'autres "prises" qu'on s'obstine à tenir, il s'agit alors d'une question de (sur)vie !

 

A : plateau de gauche

B : plateau de droite

 

A                       B

 

 

Si la balance penche vers A = « je reste dans la situation présente »


Si la balance penche vers B = « je vais vers la solution projetée »
 

Si la balance reste au milieu : sans doute « conflit en balance »

                                                   ou situation très chaotique etc.

 

 

A l'image d'une balance, strictement en fonction de la manière où on percevra (ressentis personnels),
le résultat qui conduira à agir ou de ne pas agir, à réussir ou ne pas réussir, à guérir ou à rester malade...,

tiendra toujours compte d'avoir pu jauger et identifier,  en "pesées" personnelles,

toutes tributaires de croyances personnelles actives, de peurs, de situations qu'on ne veut plus se voir reproduire ...
 

La résultat final tiendra compte du poids de chaque plateau résultante des poids constitués

par chacun des avantages et/ou inconvénients respectifs et du poids (importance)

qu'ils pèsent chacun et constituera pour eux la meilleure solution de survie : ne pas bouger ou bouger !

 

Consacrer une feuille (ou plus) pour transcrire le contenu de chacun des ponts suivants :

 

(A1) Identifier les avantages de la situation présente (avantages à y rester) :

(A2) Identifier les inconvénients de la nouvelle situation projetée
        (lorsque la guérison ou le but est atteint)

(A3) Identifier pour chaque étape intermédiaire (suivant les actions à entreprendre etc.),
         les inconvénients à les mettre en œuvre

(A4) Identifier pour chaque étape intermédiaire (suivant les actions à entreprendre etc.),
         les inconvénients à les avoir mises en œuvre (conséquences)
 

C'est sur ce plateau qu'on trouve les résistances à la guérison !


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Consacrer une feuille (ou plus) pour transcrire le contenu de chacun des ponts suivants :

 


(B1) Identifier les avantages de la nouvelle situation (lorsque la guérison ou le but est atteint)

(B2) Identifier les inconvénients de la situation actuelle (à y rester)

(B3) Identifier pour chaque étape intermédiaire (suivant les actions à entreprendre etc.),
         les avantages à les mettre en œuvre (résultats)

(B4) Identifier pour chaque étape intermédiaire (suivant les actions à entreprendre etc.),
         les avantages à les avoir mises en œuvre (conséquences)


 

C'est sur ce plateau qu'on trouve les stimulants à la guérison !

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Suggestions :

 

- à faire par écrit (une page par point) - exprimer à haute voix ce qui a été écrit

                           - le faire éventuellement  avec l'accompagnement d'une personne qui restera

                             rigoureusement en empathie : pas de jugement, de critiques, de mentalisation,

                             d'interprétation, mais comme en vraie relation d'aide, faciliter, faire réexprimer,

                             reformuler surtout pour ce qui concerne les ressentis ) :

 

 

- pour chaque point :

      * établir un "poids" (importance en chiffres, en monnaie, par exemple, pour chaque point).

      * remplir une feuille et commencer à mettre des suggestions stratégiques (réalistes) pour y arriver

      * identifier les croyances sous-jacentes "("je n'y arriverai pas", "c'est trop beau pour être vrai" ... :

            - lire : "Comment se forgent les croyances dans le ventre maternel"

            - piocher dans cette liste de croyances

      * pour chaque croyance :

             - trouver l'origine (parole d'un parent, événement, situation répétitive qui l'induit, ...)

             - identifier, retranscrire et exprimer à voix haute les ressentis souffrants / agréables que cela génère en soi

                et le faire avec le plus de précision possible.

 

- essayer de mettre des stratégies d'action concrète et si cela bloque à un moment donné, savoir rechercher

    une aide psychothérapeutique adaptée : il y a peut-être des verrous, croyances ... inconscientes.

 

- lire aussi  " Lâchez prise ! C'est vite dit ! " pour s'aider à mettre au jour toutes les résistances.

 

 

a bene

 

 

Cadre thérapeutique

N.B. Lors d'une prise en charge thérapeutique, il se peut que l'attitude, ce que propose le thérapeute comme accompagnement... ne convienne pas du tout au patient et qu'ainsi se développent des résistances particulières :

« Bien que l’on ait beaucoup écrit au sujet de la résistance en thérapie, je suis actuellement enclin à ne pas être d’accord avec la plupart des opinions qui ont été exprimées et je propose une autre hypothèse qui peut être mise à l’épreuve, je l’espère, au fur et à mesure que notre connaissance de la thérapie s’accroît. Cette hypothèse est que la résistance à la thérapie et au thérapeute n’est ni une phase inévitable, ni une phase désirable de la psychothérapie, mais qu’elle naît avant tout des piètres techniques de l’aidant dans le maniement des problèmes et des sentiments du client. Plus exactement, même, elle naît des efforts maladroits du thérapeute pour accélérer le processus thérapeutique en mettant sur le tapis des attitudes affectives que le client n’est pourtant pas encore capable d’affronter  »

(Carl Rogers, Relation d’aide et psychothérapie,  Editions Sociales Françaises, 1996  p. 155).

Un biais fréquemment rencontré dans ce que proposent les thérapies (°), est l'obligation dans laquelle se trouve le soigné de se conformer aux moules ou aux outils spécifiques offerts par le soignant. Dans la manière la plus appropriée de faire de l'accompagnement thérapeutique, les outils qui seront utilisés devraient idéalement émerger de soi, du contexte de l'accompagnement : soit, suite à la demande expresse du patient de les utiliser, soit que le patient en vienne à les façonner par lui-même, quitte à in fine qu'il se rende compte éventuellement que le soignant y a recours généralement ; cela se révèle en plus très valorisant pour lui (le patient) et donc très porteur par rapport à la poursuite de son processus vers la guérison.

Les outils présents sur ce site comme ceux de la présente page, le contrat avec le subconscient, l'acte et la lettre symboliques etc. sont ainsi souvent suggérés par le patient lui-)même. Dans de telles conditions, ils sont bien plus productifs et efficaces, parce que le patient est davantage au centre de sa guérison en ce qu'il en est le créateur tout comme l' initiateur des moyens pour la mettre en oeuvre.

Sans toutefois qu'il ne lance à un moment donné au patient qu'il manifeste des résistances à la guérison (ce qui serait un jugement, une interprétation inconvenante car antidéontologique), tout accompagnant doit pouvoir être capable d'aider de patient confronté à des résistances à la guérison, mais avec son plein accord. Prendre connaissance des raisons analogues qui expriment une difficulté à lâcher-prise

(°) Thème plusieurs fois abordé dans Quand les thérapeutes dérapent.

 

 


© (copies autorisées mais sans changer le texte et avec reproduction du nom de l’auteur)

 

Lire aussi  " Lâchez prise ! C'est vite dit ! " pour s'aider à mettre au jour toutes les résistances.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour consulter d'autres fiches de ce type,

cliquez sur fiches auto-thérapeutiques

 

 

Pour les dates des conférences, ateliers, voir l'agenda

Retour page de présentation de Baudouin Labrique

retour à laa page d'accueil